Nos propositions

Dix et une propositions pour sortir les jeunes de la galère du logement !

Dix et une propositions pour sortir les jeunes de la galère du logement !

Dix et une propositions pour sortir les jeunes de la galère du logement !

Pour faire comme les jeunes de AC le Feu, l’Appel et la pioche la , de fac verte, de la Fage, de la France qui se lève tôt, de Génération-Précaire, de Jeudi-Noir, des JCR, des jeunes radicaux de gauche, des jeunes verts, de Macaq, du MJCF, des MJS, du MRJC de Prado, de RAIDH de RéSo, de Sud-étudiant, de l’UDB, de l’Unef, et des militants jeunes des Alternatifs, d’Attac, du Modem, … ou encore beaucoup d’autres à venir (ils sont encore timides)

Marre d’habiter dans 15m2 pour 700 euros ? Marre de travailler au McDo pour payer tes études et d’investir les trois quarts de tes revenus dans ton loyer ? Marre d’habiter à 2 heures de transport de ta fac ?

Nous avons décidé de ne plus nous laisser faire

Aujourd’hui la crise du logement nous empêche d’étudier et de travailler sereinement. Pourtant, 136.000 logements sont inoccupés à Paris, et la France compte 2 000 000 de logements vacants, selon l’Insee. On parle d’autonomie des universités mais il est bien plus urgent de se préoccuper de l’autonomie des jeunes. On nous donne le choix : la « génération Tanguy », obligée de rester chez ses parents pour pouvoir étudier, ou l’enchaînement des emplois sous-payés et abrutissants pour payer des loyers déraisonnables.

Il faut mettre fin à la galère du logement des jeunes et forcer les pouvoirs publics à changer de cap.

Le gouvernement vend les HLM, laisse des milliers de bâtiments vides et refuse le contrôle des loyers. Bref il avantage encore et toujours les propriétaires et entretient la spéculation et la bulle immobilière via des mesures inflationnistes : que valent les pauvres 155 millions d’euros annuels du plan « logement étudiant » de Pécresse en face des 4,5 milliards de baisse d’impôts pour les propriétaires ? Entre-temps, nos frigos restent désespérément vides.

Les jeunes en ont assez de payer la bulle immobilière. Le « droit des propriétaires à s’enrichir » ne doit pas passer avant nos conditions de vie !

C’est pourquoi Jeudi Noir appelle les jeunes et les moins jeunes, tout ceux concernés par la galère de logement, à se mobiliser. Venant d’aucun parti ni d’aucune organisation, ou venant de tout bords, de gauche comme de droite, les farouches comme les timides, nous devons nous rassembler autour de ces simples mais décisives revendications.

Arrêtons les demi-mesures !

- Application de la loi SRU : 20% de (vrais) logements sociaux, l’inéligibilité pour les maires qui ne font aucun effort pour respecter la loi, et la mise sous tutelle par la préfecture de leur politique du logement.

- Doublement, et application aux bureaux, de la taxe sur les logements vacants.

- Application de la loi de réquisition de 1945.

- La construction massive de Cités U‘, et la rénovation des vieilles cités sans augmentation de loyer. Aujourd’hui, seulement 1 étudiant sur 13 a accès à une chambre universitaire. Les autres, s’ils ne sont pas aidés par leur famille, doivent travailler pour payer un loyer, et, de fait, hypothèquent leurs chances de réussite scolaire. Pour commencer, il faut rattraper le retard pris dans la construction de Cités U’ prévu dans le plan Anciaux

- Vérifier régulièrement la situation des locataires du parc social ; quadrupler les surloyers de solidarité ; donner congé aux locataires du parc social qui ont une résidence secondaire. Le parc social n’a pas vocation à loger les millionnaires.

- Gel des loyers. Les loyers ont atteint des sommets inégalés. Nous demandons donc leur blocage temporaire, pour donner un peu d’air aux locataires. Il est question d’aligner l’indice de référence des loyers (IRL) sur l’inflation. Mais cela ne règlera rien : l’inflation est forte, et les loyers à la relocation ne sont toujours pas encadrés. C’est pourtant là que se concentrent les hausses les plus importantes. Pour les appartements qui ont connu un changement de locataire en 2006, l’augmentation de loyer a été de 7,3 % en moyenne. Bien entendu, ce sont les jeunes, plus mobiles, qui trinquent à nouveau !

- Le cautionnement solidaire (GRL) doit s’appliquer à tous et remplacer les cautions actuelles. De plus, pour ne pas être une simple garantie des loyers chers, cette mesure doit être conditionnée à un contrôle des loyers.

- Une limitation simple et claire des pièces justificatives qu’un bailleur peut demander à un candidat. Il doit être formellement interdit au bailleur d’outrepasser ses droits en exigeant plus de papiers que nécessaire.

- Moduler la taxe d’habitation en fonction des ressources.

- Elargissement des critères sociaux donnant accès aux bourses d’études, et que l’Etat verse cet argent non plus en janvier ou février, mais dès la rentrée universitaire.

- refiscalisation des intérêts d’emprunts immobiliers et des plus-values immobilières.

Pas de demi-mesures c’est aussi pas d’expulsions sans relogements, pas de privatisation du livret A, car cette libéralisation menace la principale source de financement des logements sociaux. Mais aussi, arrêter de brader du patrimoine immobilier de l’Etat, au mépris de la loi du 13 juillet 2006 « portant engagement national pour le logement » (ENL). Plutôt que vendre, il faut en faire du logement social, d’urgence, comme durable.

Nous continuerons d’interpeller l’opinion publique par des actions festives et médiatiques. Si les pouvoirs publics ne prennent pas les mesures nécessaires, nous appliqueront nous-mêmes la loi de réquisition. Nous ré-ouvrirons des Cité U en réquisitionnant des immeubles laissés vides par leurs propriétaires, à l’image de la cité universitaire « Valérie Pécresse » ouverte le 12 octobre 2007 et fermée par une intervention musclée et illégale de la police cinq jours plus tard.

Doit-on attendre d’être propriétaires pour que se règlent nos galères de logement ?

Les solutions existent, soyons réalistes, exigeons le « tout devient possible ». Nous voulons juste étudier sans précarité.

Soutiens-nous en signant cette pétition

et rejoins-nous sur nos actions

Recommandez la pétition

$data

Dix et une propositions pour sortir les jeunes de la galère du logement !

Pour faire comme les jeunes de AC le Feu, l’Appel et la pioche, la , de fac verte, de la Fage, de la France qui se lève tôt, de Génération-Précaire, de Jeudi-Noir, des JCR, des jeunes radicaux de gauche, des jeunes verts, de Macaq, du MJCF, des MJS, du MRJC de Prado, de RAIDH de RéSo, de Sud-étudiant, de l’Unef, et des militants jeunes des Alternatifs, d’Attac, du Modem,… ou encore beaucoup d’autres à venir (ils sont encore timides)

Marre d’habiter dans 15m2 pour 700 euros ? Marre de travailler au McDo pour payer tes études et d’investir les trois quarts de tes revenus dans ton loyer ? Marre d’habiter à 2 heures de transport de ta fac ?

Nous avons décidé de ne plus nous laisser faire

Aujourd’hui la crise du logement nous empêche d’étudier et de travailler sereinement. Pourtant, 136.000 logements sont inoccupés à Paris, et la France compte 2 000 000 de logements vacants, selon l’Insee. On parle d’autonomie des universités mais il est bien plus urgent de se préoccuper de l’autonomie des jeunes. On nous donne le choix : la « génération Tanguy », obligée de rester chez ses parents pour pouvoir étudier, ou l’enchaînement des emplois sous-payés et abrutissants pour payer des loyers déraisonnables.

Il faut mettre fin à la galère du logement des jeunes et forcer les pouvoirs publics à changer de cap.

Le gouvernement vend les HLM, laisse des milliers de bâtiments vides et refuse le contrôle des loyers. Bref il avantage encore et toujours les propriétaires et entretient la spéculation et la bulle immobilière via des mesures inflationnistes : que valent les pauvres 155 millions d’euros annuels du plan « logement étudiant » de Pécresse en face des 4,5 milliards de baisse d’impôts pour les propriétaires ? Entre-temps, nos frigos restent désespérément vides.

Les jeunes en ont assez de payer la bulle immobilière. Le « droit des propriétaires à s’enrichir » ne doit pas passer avant nos conditions de vie !

C’est pourquoi Jeudi Noir appelle les jeunes et les moins jeunes, tout ceux concernés par la galère de logement, à se mobiliser. Venant d’aucun parti ni d’aucune organisation, ou venant de tout bords, de gauche comme de droite, les farouches comme les timides, nous devons nous rassembler autour de ces simples mais décisives revendications.

Arrêtons les demi-mesures !


- Application de la loi SRU : 20% de (vrais) logements sociaux, l’inéligibilité pour les maires qui ne font aucun effort pour respecter la loi, et la mise sous tutelle par la préfecture de leur politique du logement.

- Doublement, et application aux bureaux, de la taxe sur les logements vacants.

- Application de la loi de réquisition de 1945.

- La construction massive de Cités U’, et la rénovation des vieilles cités sans augmentation de loyer. Aujourd’hui, seulement 1 étudiant sur 13 a accès à une chambre universitaire. Les autres, s’ils ne sont pas aidés par leur famille, doivent travailler pour payer un loyer, et, de fait, hypothèquent leurs chances de réussite scolaire. Pour commencer, il faut rattraper le retard pris dans la construction de Cités U’ prévu dans le plan Anciaux

- Vérifier régulièrement la situation des locataires du parc social ; quadrupler les surloyers de solidarité ; donner congé aux locataires du parc social qui ont une résidence secondaire. Le parc social n’a pas vocation à loger les millionnaires.

- Gel des loyers. Les loyers ont atteint des sommets inégalés. Nous demandons donc leur blocage temporaire, pour donner un peu d’air aux locataires. Il est question d’aligner l’indice de référence des loyers (IRL) sur l’inflation. Mais cela ne règlera rien : l’inflation est forte, et les loyers à la relocation ne sont toujours pas encadrés. C’est pourtant là que se concentrent les hausses les plus importantes. Pour les appartements qui ont connu un changement de locataire en 2006, l’augmentation de loyer a été de 7,3 % en moyenne. Bien entendu, ce sont les jeunes, plus mobiles, qui trinquent à nouveau !

- Le cautionnement solidaire (GRL) doit s’appliquer à tous et remplacer les cautions actuelles. De plus, pour ne pas être une simple garantie des loyers chers, cette mesure doit être conditionnée à un contrôle des loyers.

- Une limitation simple et claire des pièces justificatives qu’un bailleur peut demander à un candidat. Il doit être formellement interdit au bailleur d’outrepasser ses droits en exigeant plus de papiers que nécessaire.

- Moduler la taxe d’habitation en fonction des ressources.

- Elargissement des critères sociaux donnant accès aux bourses d’études, et que l’Etat verse cet argent non plus en janvier ou février, mais dès la rentrée universitaire.

- refiscalisation des intérêts d’emprunts immobiliers et des plus-values immobilières.

Pas de demi-mesures c’est aussi pas d’expulsions sans relogements, pas de privatisation du livret A, car cette libéralisation menace la principale source de financement des logements sociaux. Mais aussi, arrêter de brader du patrimoine immobilier de l’Etat, au mépris de la loi du 13 juillet 2006 « portant engagement national pour le logement » (ENL). Plutôt que vendre, il faut en faire du logement social, d’urgence, comme durable.

Nous continuerons d’interpeller l’opinion publique par des actions festives et médiatiques. Si les pouvoirs publics ne prennent pas les mesures nécessaires, nous appliqueront nous-mêmes la loi de réquisition. Nous ré-ouvrirons des Cité U en réquisitionnant des immeubles laissés vides par leurs propriétaires, à l’image de la cité universitaire « Valérie Pécresse » ouverte le 12 octobre 2007 et fermée par une intervention musclée et illégale de la police cinq jours plus tard.

Doit-on attendre d’être propriétaires pour que se règlent nos galères de logement ?

Les solutions existent, soyons réalistes, exigeons le « tout devient possible ». Nous voulons juste étudier sans précarité.

Soutiens-nous en signant cette pétition

et rejoins-nous sur nos actions

Toute la gauche unie pour la réquisition, l’encadrement des loyers et l’arrêt des expulsions à Paris

Toute la gauche unie pour la réquisition, l’encadrement des loyers et l’arrêt des expulsions à Paris.

JPEG Le samedi 1er mars 2008, le Ministère de la Crise du Logement a reçu les représentants des listes de gauche candidates aux élections municipales (LCR, Gauche alternative, PCF, Les Verts, PS), dans le cadre de ses rencontres hebdomadaires sur le logement.

De l’extrême gauche au Parti Socialiste de Bertrand Delanoë, en passant par les Verts et le PC, tous les candidats demandent :

- l’application de la loi de réquisition,
- l’arrêt immédiat des expulsions sans relogement
- l’encadrement des loyers (et Delanoë veut les plafonner à 16,80€ du mètre carré)
- des solutions alternatives à l’hébergement de longue durée en hôtel.

Le Ministère de la Crise du Logement (Jeudi Noir, DAL) se félicite que les candidats se soient engagés sur ces points lors de ces débats.

Rappelons que 62% des maires et 79% des français sont favorables à l’application de la loi de réquisition pour lutter contre la crise du logement (sondage SOFRES/La Croix /Secours Catholique du 27/02/2008). http://www.tns-sofres.com/etudes/pol/270208_exclusions.htm

Contacts :

- Leila Chaibi – 06 87 46 82 23
- Jean-Marc Delaunay – 06 84 55 34 45

www.jeudi-noir.org

« Surloyers de solidarité » dans les HLM : une petite avancée qui cache de grandes craintes…

« Surloyers de solidarité » dans les HLM : une petite avancée qui cache de grandes craintes…

mardi 11 décembre 2007

Nicolas Sarkozy vient d’annoncer une réforme des « surloyers de solidarité » dans le parc locatif social. « Je ne veux plus d’une situation où les plus pauvres n’accèdent pas aux logements sociaux parce que ceux qui occupent les logements sociaux peuvent y demeurer à vie, quelle que soit l’évolution de leurs revenus », a-t-il déclaré.

Jeudi Noir partage cet objectif : les logements sociaux doivent aller en priorité à ceux qui en ont le plus besoin : les plus pauvres. Cela semble évident, mais par exemple le président de l’Union sociale de l’habitat, Michel Delebarre, préfère loger… des médecins (sic ).

Aujourd’hui, une des raisons pour lesquelles les jeunes sont les premières victimes de la crise du logement réside dans la fermeture du parc HLM aux « nouveaux pauvres ». Le taux de mobilité s’est réduit de 12,4 % en 1999 à 10,5 % en 2003). Or, les rentes de situation profitent rarement aux jeunes…

Ce sujet est loin d’être anecdotique. D’après le rapport de Valérie Létard , seuls 4 % des locataires dépassent les plafonds de plus de 20 % Cela représente tout de même un grand nombre de logements : 160 000 (4 % des 4,2 millions de logements sociaux) !

Jeudi Noir juge donc que cette déclaration de Nicolas Sarkozy va dans le bon sens. Mais il ne faut pas oublier que le reste de la politique du logement du gouvernement, elle, ne répond pas du tout aux attentes des mal-logés :

- Cadeaux aux plus aisés via la déduction des intérêts des emprunts immobiliers qui va coûter l’incroyable somme de 4,5 milliards par an et va soutenir la bulle immobilière

- Développement de l’accession à la propriété à tout prix (même avec des prêts hypothécaires), au mépris des risques de surendettement pour les emprunteurs

- Cadeaux fiscaux via les défiscalisations « De Robien » (que Martin Hirsch appelle à abroger, et que Nicolas Sarkozy vient de promettre de réformer) qui ne parviennent pas à offrir des logements accessibles dans des zones sous tension

- Stagnation de la subvention moyenne de l’Etat par logement social malgré la hausse des prix

- Crédits de paiement affectés au parc social en 2008 (530 M€) largement inférieur à ce qui était prévu dans la loi DALO (703 M€)

- Vente de 40 000 HLM par an alors qu’il y a pénurie de logements sociaux

- Risque de remise en cause du livret A = danger pour le financement des logements sociaux

- Gaspillage de 14 milliards d’euros d’aides à la personne qui vont alimenter la hausse des loyers

Autant dire que les quelques avancées ne compensent pas des politiques porteuses de grands dangers à terme pour les ménages modestes…