Diaporama : Qu’est-ce que le collectif Jeudi Noir ?

Voici une présentation de notre collectif, nos actions et revendications…

Pour le visionner, cliquez ici

Réquisition de logements : les Français disent oui

Selon l’IFOP, 69 % des Français se déclarent favorables à la réquisition des logements privés. Un large consensus qui témoigne de l’ampleur de la crise du logement. Si la gauche se rassemble, la droite quant à elle se divise sur le sujet.

Réquisition de logements : les Français disent oui

La question fut sans ambages, les résultats sans appel. Interrogé sur « la réquisition par les pouvoirs publics des logements privés inoccupés », 69 % des Français s’y déclarent favorables. 30 % se veulent opposés car cela constituerait « une attente au droit de propriété ». Voilà ce que révèle une enquête réalisée par l’IFOP pour l’Humanité (voir ci-contre). En filigrane apparaît la préoccupation des Français pour le logement. « Nous le savons les Français sont sensibles à ce sujet », prévient Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département Opinion et stratégies d’entreprise à l’Ifop. Pour lui, trois raisons expliquent des résultats si nets : « Premièrement la crise du logement, ensuite le travail des associations qui a contribué à populariser le problème des réquisitions. Enfin, le contexte actuel. Devant un tel écart de richesse entre les Français, la précarité devient de plus en plus inacceptable par la majorité d’entre eux », analyse-t-on du côté de l’Ifop.

Principal « supporter » de cette mesure donc, les jeunes. Chez les moins de 35 ans ils sont 80 %, et 84 % pour la tranche des 18-24 ans, à penser à la réquisition comme solution au mal logement. Á l’autre de bout de cette pyramide des âges, les 65 ans et plus, on remarque le plus grand nombre de réfractaires, avec 42 % d’opinions défavorables. Une situation qui s’explique « par les difficultés plus grandes pour la jeunesse à se loger », confie le directeur adjoint de l’Ifop. Concernant les activités professionnelles, là encore les retraités sont en léger recul avec 61 % d’adhérents à la réquisition alors que le chiffre culmine à 80 % chez les employés, 78 % pour les artisans ou commerçants et 75 % chez les ouvriers. Sur l’échiquier politique, la surprise provient des rangs des sympathisants de l’UMP : ils sont 49 % à se déclarer favorables à la réquisition. Á gauche, le score est particulièrement élevé avec 80 %. Le pic est atteint par les proches du Front de gauche avec 86 % d’avis positifs. Du côté des associations, le sondage est accueilli avec « enthousiasme ».

Pour Julien Bayou, porte-parole du collectif Jeudi noir, ces résultats sont « une agréable surprise ». « Je ne m’attendais pas à un score aussi élevé », explique-t-il. Selon lui, une conclusion s’impose : « Ce sondage prouve que Nicolas Sarkozy mène une politique à l’encontre de l’intérêt général et contraire aux préoccupations des Français. Il va falloir s’intéresser sérieusement à leurs problèmes. Nous poursuivrons nos actions. » Á la Fondation Abbé Pierre, on se veut plus prudent. Pour Patrick Doutreligne, délégué général, « ces résultats sont une bonne chose. Pour la première fois, le droit au logement est à la mesure du droit de propriété. La réquisition est une mesure forte et symbolique. Si à l’avenir elle est appliquée, attention de ne pas créer des réactions contraires, une crainte ou une frilosité chez les propriétaires qui rendrait encore plus difficiles les conditions d’accès à la location. Á la fondation, nous lions cette question avec la mise en place possible d’une taxe de vacance des logements ». Selon Jean-Claude Amara, responsable de Droits devant ! et cofondateur de l’association Droit au logement (DAL), ces résultats confortent l’idée d’un « large consensus populaire, au-delà des clivages politiques ». Et de rappeler : « Déjà en 1990, lors de la création du DAL, nous avions le soutien des Français. Il y a une récurrence de l’opinion pour l’application de la loi de 1945 sur les réquisitions mais, hélas, aussi une récurrence des pouvoirs publics à ne pas appliquer cette loi du général de Gaulle. Qui, d’ailleurs, n’était pas réputé pour être un fervent gauchiste. » Un large consensus qui gagnerait à être relayé politiquement : « Si la gauche s’empare du débat, cela posera de grandes difficultés au gouvernement aux prochaines élections régionales », conclut Jérôme Fourquet.

Lionel Decottignies

A Paris, Fillon entre en campagne. Le Parisien 22.02.10

« Une bonne surprise, et c’est la garantie d’un meeting réussi ! » clame ce militant. Hier soir, pour le premier grand rassemblement parisien de sa campagne en Ile-de-France, Valérie Pécresse, la chef de file UMP, a profité d’un soutien spectaculaire avec la présence inattendue de François Fillon. Arrivé à 21 h 30, une heure après le lancement du meeting, organisé à l’espace des Blancs-Manteaux (IVe) au coeur de la capitale, le Premier ministre s’est autorisé une entrée de star. Acclamé par 900 supporteurs sur les riffs d’une guitare électrique, il a fendu la foule au moment où Chantal Jouanno, tête de liste à Paris, terminait de dénoncer le programme du socialiste Jean-Paul Huchon, avant d’enjamber la scène et d’embrasser Valérie Pécresse.

« L’écologie réaliste, ce n’est pas la décroissance »

En s’affichant ainsi officiellement dans un grand meeting parisien, il marque non seulement son entrée dans la campagne des régionales, mais aussi sa présence dans une ville où il pourrait être le candidat lors des prochaines municipales de 2014. « Je suis ce soir parmi vous parce que l’enjeu de l’Ile-de-France est symbolique. Et parce que j’aime l’équipe que vous formez », a-t-il assuré. Avant d’attaquer frontalement Martine Aubry et son rêve de grand chelem : « Je sais une chose : ce ne sont ni les sondages ni les slogans qui font une élection, mais les citoyens. » Sans oublier de lancer une pique aux Verts : « L’écologie réaliste, ce n’est pas la décroissance. » Pécresse n’a pas manqué de revenir sur la grève du RER A en décembre. « Qu’a fait Jean-Paul Huchon ? Rien. A part polluer les négociations. » Le logement ? « Rien, notamment pour le logement étudiant », a-t-elle ajouté, avant d’être interrompue pendant quelques secondes par un étudiant du collectif Jeudi noir. Quant aux crèches ? « Il manque toujours 16 000 places, sur les 24 000 pour lesquelles il s’était engagé. Nous, nous le ferons ! » Peu avant, Jean-François Copé, président du comité de soutien, avait chauffé la salle en avertissant ses adversaires : « Le grand chelem dont rêve Martine Aubry va surtout se transformer pour elle en cauchemar ! » « Ce combat, c’est une opposition entre le conservatisme et le progressisme », avait repris ensuite Chantal Jouanno, applaudie par une autre invitée de choix assise au premier rang, l’ancienne ministre Simone Veil. « Le 21 mars, vous aurez le choix entre rester au point mort avec Huchon, aller à reculons avec Duflot ou alors pousser sur l’accélérateur avec Pécresse ! » a lancé la ministre de l’Ecologie.

Le Parisien

Le squat collectif autogéré, une alternative. Par Thomas Dawance

PDF - 159.3 ko