Communiqué: Suppression des APL rétroactives Encore 240 millions volés aux mal-logés

Mercredi 17 novembre 2010

Où s’arrêtera l’inhumanité de ce gouvernement ?

Alors que la crise sociale accentue la crise du logement, le gouvernement vient de faire confirmer au Sénat, ce mardi 16 novembre 2010 à 19h, la suppression de l’effet rétroactif des aides au logement APL (article 54 du PLFSS). Fillon IV reprend l’œuvre de démolition sociale là où Fillon III l’avait laissée.

Ce sont 240 millions d’euros qui seront ainsi économisés sur le dos des locataires les plus fragiles (moins de 1,2 SMIC environ) et les moins informés (ceux qui tardent à remplir leurs demandes d’APL). En première ligne une fois de plus : les jeunes bien sûr, et en particulier les étudiants, qui devraient constituer près de la moitié du public touché (voir la note du Sénat à ce sujet ici). Jusqu’à présent, ils avaient trois mois pour constituer leur dossier, faire valoir leurs droits et toucher l’intégralité de leurs aides (sauf sur le premier mois d’installation, dit « mois de carence »).

« Une mesure technique de bonne gestion », s’était justifiée sans rougir l’ex-secrétaire d’Etat à la Famille Nadine Morano. « Une harmonisation des procédures », avait minimisé Eric Woerth, dans son testament politique. L’homme des chèques du Trésor public envoyés à Liliane Bettencourt a même montré un brin de compassion, en reconnaissant qu’« il est toujours difficile, je le répète, d’accepter la remise en question d’une dépense ». Rappelons que ce sont 1 169 citoyens qui ont bénéficié du bouclier fiscal sur l’année 2009 et qui se sont vus rembourser au total 413 M d’€.

L’obscure sénatrice Sylvie Desmarescaux est allée plus loin dans le cynisme ce soir, en prétendant que chef-d’œuvre d’injustice sociale visait à « responsabiliser les familles fragiles et en difficulté ». Après la taxe sur les HLM de 340 millions, la baisse drastique des aides à la pierre, le désengagement total de l’ANRU, les ponctions sur le 1% Logement, et les expulsions à gogo de locataires insolvables ou de Roms indésirables, le gouvernement semble déterminé à remporter la guerre menée aux mal-logés.

A aucun moment le secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu n’est intervenu dans ce dossier pourtant sensible. Était-il trop occupé…

Jeudi Noir appelle les parlementaires ayant gardé une once de dignité à refuser de voter cet article écœurant lors de la Commission mixte paritaire. Est-il besoin de souligner que nous n’y croyons même plus ?

11 commentaires sur “Communiqué: Suppression des APL rétroactives Encore 240 millions volés aux mal-logés

  1. Ces gens là des monstres. Ils mériteraient de vivre sous une tente été comme hiver pendant dix anx, pour « responsabiliser » y’a rien de tel .
    Ce n’est en effet, ni plus ni moins que du vol et des sénateurs ont voté ça ?
    Même, dans le meilleur des cas, quand aucun des intervenants n’a perdu de temps pour la demande d’apl : bailleur social qui remplit et transmet à la CAf, locataire et CAf elle-même, il peut s’écouler deux mois avant que l’aide soit versée 1)au bailleur -cas du logement social- 2) au locataire -logement locatif privé-
    De l’hypocrisie, car ce gouvernement n’ignore pas que les CAf sont en surcharge de travail ce qui entraine de facto des retards dans tous les dossiers d’aide.

  2. Enfoncer les gens dans la misère au lieu de les aider c’est écoeurant de lire ça….cette sénatrice tient des propos indigne…si cette mesure passe cela dépasse l’entendement….

  3. Je ne peux pas croire qu’une mesure aussi écoeurante soit appliquée ou alors cela dépasse l’entendement…ce qui va arriver si c’est le cas c’est que les personnes rencontreront de grandes difficultés pour payer leur loyer et alors bonjour les impayés, les demandes de FSL, les dossiers de surendettement…Ce n’est pas responsabiliser les familles fragiles : en quoi cela va-t-il les enrichir ? Au contraire c’est les enfoncer dans la misère et tenir de tels propos est indigne d’une sénatrice…

  4. Cette mesure devrait mettre en alerte les responsables politiques de ce pays-notamment parmi ceux qui entendent prendre la relève dans un an et demi-sur l’ampleur de la crise actuelle et la situation catastrophique du logement en France.Ce besoin absolument vital n’est ni assuré ni garanti aujourd’hui.Pire:il fait peser une menace permanente sur des millions d’ habitants et d’habitantes de ce pays,qu’ils soient salariés,étudiants,sans emploi ou à leur compte.La gravité de l’actuelle crise économique peut se mesurer à travers cette question qui est devenue un enjeu social de toute première importance,celle du logement en France.

  5. Je trouve qu’il ne devrais pas y avoir de demande à faire pour l’apl, elle devrais être versé automatiquement des que l’ont peut en bénéficier. Pour les impôts si ont fait le mort ils bouche sans probleme, alors pourquoi pas dans l’autre sens.

Les commentaires sont fermés.